Visite du “Landidyll Moselhotel Hähn”

Le terme “Landidyll” désigne principalement une communauté d’hôtels trois et quatre étoiles de tailles différentes, gérés par leurs propriétaires et très connus. Ils sont tous dédiés à la vie rurale cultivée avec une cuisine régionale raffinée, une hospitalité chaleureuse, une gestion durable et des activités de loisirs spécifiques au pays. Ce n’est pas un hasard si de nombreux hôtes apportent leurs passions personnelles, de la viticulture à l’agriculture en passant par la chasse.

Notre visite à la Moselle nous a conduit, comme nous l’avons déjà mentionné, à trois maisons différentes et en même temps à une région d’Allemagne que nous n’avions jamais visitée auparavant. Pendant tout le séjour, nous nous sommes posé la même question, encore et encore : pourquoi avons-nous toujours évité cette région vraiment formidable ?  Malheureusement, nous n’avons pas pu trouver de réponse raisonnable à notre énigme personnelle !

Si vous n’en avez aucune idée, le coin allemand de “Coblence” est à ne pas manquer. Ici, la Moselle se jette dans le Rhin. Même les touristes du monde entier le savent !

À Bingen pour l’amour

En passant par l’autoroute, sans compter les déplacements professionnels en ville, les visites de comédies musicales ou de concerts dans le grand ouest de la république, on a fait une (très) courte visite il y a de nombreuses années. Même si ce n’est que dans une région limitrophe de la zone désormais parcourue…

Cela me rappel une histoire, l’année de mes 15 ans, j’étais follement amoureux d’une jeune femme qui fréquentait un internat à “Bingen”. Nous nous sommes rencontrés durant l’été dans une auberge de jeunesse à “Constance”, au bord du lac de “Constance”. Mais la distance “Nuremberg”-“Bingen”, au début des années 1970, pour un jeune amour, c’était un sacré lot. Oh, mon Dieu ! Quel chagrin d’amour !

À l’époque, il n’y avait pas d’internet. Pas de téléphone portable, dans l’internat il y avait seulement le téléphone dans la salle des professeurs et dans le bureau du directeur. Je ne veux même pas penser aux prix des appels longue distance !

Après trois mois d’échange de pages de vœux d’amour sur des centaines de kilomètres, j’ai pris le train un jour pour “Bingen”. Il a suffit d’attendre devant l’école pour que Ulla se présente, puis je me suis promené en sa compagnie, sous un temps nuageux, humide, froid et automnal.

Mais au final, la nature a fait en sorte que notre amour se refroidisse sensiblement par la suite. Nos lettres sont devenues plus courtes et plus rares, et un jour le Père Rhin (purement platonique) a lavé toutes nos promesses, tricotées pour l’éternité. Fin de la petite histoire d’amour.

“Landidyll Moselhotel Hähn” à Coblence-Güls

Après l’excursion dans un autre temps et la visite obligatoire du “German Corner”, nous retournons à notre première station “Landidyll”, qui se trouve un peu au-dessus de Coblence dans les güls incorporés, le “Landidyll Moselhotel Hähn”.

La maison est actuellement encore dirigée par deux générations, c’est pourquoi les premières parties des salles de restaurant, appelées restaurant “Vinoble”, ont déjà une atmosphère très moderne et soignée. D’autres parties de la maison ont conservé le charme discret des années précédentes, lorsque des couleurs et des matériaux complètement différents étaient courants.

L’économiste d’entreprise et spécialiste de l’hôtellerie Hähn Junior (31 ans), qui est revenu de l’étranger, reprendra bientôt l’affaire et poursuivra la modernisation de l’hôtel à grands pas. La famille “Hähn” se concentre sur l’art culinaire, en servant une haute cuisine dans laquelle les produits locaux et régionaux jouent un rôle important.

Il existe un calendrier culinaire qui commence au printemps avec les “asperges bien-aimées”, les semaines de la chanterelle sont déjà prévues et il y a déjà différentes dates pour le “brunch avec cuisine vivante”.

Au fait, le “Landidyll Moselhotel Hähn” est un excellent point de départ pour de nombreuses randonnées avec des destinations qui valent la peine d’être vues, ou des itinéraires à proximité immédiate. Si le temps n’est pas au beau fixe, vous pouvez utiliser les installations de bien-être classiques de l’hôtel pour vous détendre complètement.

Sur la Moselle, les fleurs ont gelé

La directrice générale nous a accueillis très chaleureusement et a immédiatement entamé une petite tournée qui, au début, ne menait qu’à son domicile privé.

Ici, la famille garde deux petits troupeaux de “Jaglus” et cultive le stock de nombreux pêchers de vigne, qui portent normalement des fruits à chair rouge. Les pêches rouges de vigne jouent un rôle important en tant que produit régional, à côté du gibier qu’elles chassent elles-mêmes et du vin local, qui est de préférence transformé dans la cuisine de l’hôtel.

Mais cette année, malheureusement, presque toutes les fleurs ont été victimes du gel. En pleine floraison, au milieu du mois d’avril, le froid a fait rage pendant plusieurs nuits avec jusqu’à sept degrés sous zéro. Ce n’est qu’à l’abri des maisons que certaines fleurs ont survécu dans la région.

Ici, quelques fleurs du pêcher rouge de vigne (aussi appelé pêche de vigne) ont survécu au gel. Les fruits eux-mêmes sont poilus et assez durs. Comme nous l’a dit la directrice, leur traitement nécessite des efforts considérables.

Visite chez le viticulteur Spurzem

Au fait, l’hôtel est situé directement au “Gülser Bienengarten”, le nom du vignoble, qui s’élève à pic derrière la maison. Gerhard Spurzem est le vigneron de la maison et de la ferme de la famille “Hähn”, un homme qui remarque immédiatement qu’être vigneron n’est pas seulement un travail normal pour lui, qu’il peut utiliser pour nourrir sa famille, mais qu’il est un vigneron de cœur et d’âme.

Nous avons fait la connaissance de M. Spurzem et de sa femme dans leur belle “Straußwirtschaft”, qui est cachée dans les ruelles de Güls et qui était la deuxième destination où Mme Hähn nous a emmenés.

Nous avons pu visiter le site de production du vigneron, bien sûr nous avons pu déguster certains des excellents vins et obtenir des informations intéressantes sur le vin mosellan lui-même, qu’il est difficile d’acheter dans les grands supermarchés de la ville en Franconie. Du moins, aucune de la cave de “Spurzem”.

Mais c’est tout simplement parce que la plupart des vins sont bus sur place. Environ 80 % du vin est vendu à la ferme et sur les marchés et manifestations, une dizaine de mises en bouteille font découvrir la gastronomie locale et seuls les 10 % restants sont vendus dans les supermarchés de la région. Par mesure de précaution, nous avons chargé une boîte dans notre voiture. Avant que tout ne soit à nouveau bu.

Bien sûr, 60 à 70 % des raisins sont du “Riesling” et ce qui est encore vendu comme vin sec sur la Moselle serait certainement un vin demi-sec en Franconie.

Dîner au “Landidyll Moselhotel Hähn”

Pour que le lecteur reste dans le coup, après tout, vous lisez ici un blog sur le plaisir et la nourriture, voici un regard sur notre excellent dîner au “Landidyll Moselhotel Hähn”.

Une spécialité bien connue de la maison est “l’assiette de tapas”, qui contient déjà plusieurs produits régionaux. Il s’agit notamment d’un jambon de sanglier fumé fait maison avec du melon, du fromage de chèvre frais provenant d’une fromagerie locale et un chutney mangue-papaye.

Comme il y a déjà beaucoup de Jaglus sur les terres de la famille “Hähn”, il est tout naturel que l’équipe de cuisine, dirigée par le chef principal de la maison, propose aux invités ouverts d’esprit des boulettes d’agneau (à la sauce tomate) et du Jaglu dans la sélection de tapas. Bien sûr, les tapas comprennent aussi un peu de saumon et d’autres petits antipasti.

Après les antipasti, on nous a servi les fameuses pêches rouges du vignoble comme sorbet avant de poursuivre avec le plat principal. Le ragoût de gibier de notre propre chasse des saucisses faites maison à partir du gibier, étaient notre bon choix.

Concernant les quantités servies, c’était un peu exagéré ce soir-là. Nous avons donc dû nous passer d’un dessert.

Trouver un resto avec terrasse à Toulouse
Trouver une bonne adresse de restaurant en Guadeloupe